Est-il possible d’acheter du safran pas cher?

Le safran est bien connu pour être l’épice la plus chère du monde. Si nous avons déjà expliqué pourquoi, nous souhaitons aujourd’hui revenir sur un sujet souvent mis en avant par certains clients : est-il possible d’acheter du safran à petit prix ?

Qu’il s’agisse de safran comme de toute autre production, on pourra toujours trouver moins cher… la question devient alors : qu’achète-t-on vraiment ?

Le safran, un Or Rouge qui attise les convoitises

Le prix du safran dépend de différents critères. Son pays d’origine, son distributeur, son type, sa qualité, la quantité, etc. L’Iran produit environ 95% du safran mondial, et plus de 70% de sa récolte nationale est exportée. Or, une fois exporté à l’étranger, il peut coûter dix voire vingt fois plus cher. Idem pour le safran marocain, l’un des plus distribué sur le marché, qui passe généralement par des commerciaux espagnols avant d’arriver en Europe.

Si ce safran est moins cher que du safran français, c’est donc en premier lieu parce que la main d’œuvre, si cruciale pour la culture du safran, est infiniment moins chère dans ces pays qu’en France. Très majoritairement féminine, les travailleuses et les agriculteurs sont payés des sommes dérisoires.

Les acheteurs locaux récupèrent ensuite le safran pour des commerciaux, qui les revendent à une clientèle plus aisée, en particulier celle d’Europe et du Moyen-Orient. De là à parler d’exploitation…

La Carthame, souvent nommée "Faux safran" - Safran Maison Fayet
La Carthame, souvent nommée « Faux safran »

Du safran sans safran ?

Dans le commerce, le safran se présente sous forme de stigmates séchés ou, plus souvent, sous forme de poudre. Attention dès lors à ce que vous achetez, car le safran en poudre peut très facilement être mélangé avec d’autres fleurs ou épices, comme du curcuma (pour obtenir le colorant jaune) ou de la carthame, une plante souvent appelée « faux safran ». Sachez qu’on ne retrouve quelquefois presqu’aucune trace de safran dans l’épice vendue en poudre à bas prix !

Peut-être sentirez-vous la bonne affaire, mais vos sens risquent de ne pas être très sollicités ! Le plus souvent, la poudre de safran ne servira qu’à colorer votre plat, sans plus.

Pour reconnaître de vrais pistils de safran, il est pourtant nécessaire de faire fonctionner ses sens : un stigmate doit être souple, pas trop cassant ; il doit être d’un beau rouge sombre : il doit laisser une empreinte jaune-orangé si on le mouille et qu’on le passe sur une feuille de papier. Les stigmates doivent avoir une forme de trompette ; les stigmates les plus recherchés peuvent aller par trois, tels qu’ils se présentent sur la plante.

« 81% des safrans contrôlés dans les supermarchés par la répression des fraudes en 2017, n’étaient pas conformes. L’achat auprès du producteur est donc la seule garantie d’authenticité. » Article du quotidien La Marseillaise
« L’ampleur de la contrefaçon n’est pas chiffrée, mais on sait que les possibilités de fraude sont multiples. La poudre pure peut facilement être mêlée à des colorants chimiques, à du safran de mauvaise qualité ou à des débris d’autres plantes, comme du maïs, expliquent des producteurs locaux. » Article du Monde

Bien acheter son safran

En ligne, vous ne savez pas ce que vous achetez. Si nous conseillons concrètement d’acheter votre safran en stigmates plutôt qu’en poudre, vous ne pourrez être certains de la qualité du safran que vous allez acheter qu’en passant par des producteurs locaux. Si vous avez l’occasion de goûter un jour du véritable safran pur, vous serez surpris par son parfum délicat et son goût subtil.

Le bon safran est vendu sous forme de stigmates, d’une couleur rouge sombre, de 2 à 3 cm de long, fins et évasés à leur extrémité. Mal séché, il moisira rapidement. Séchés correctement, les pistils sont légers, raides, cassants et d’un rouge vif. Le safran a un goût légèrement amer. S’il a des notes sucrées ou salées, c’est qu’il a été altéré.